UA-112843958-1

Aidants

  • Aider les aidant·e·s, une urgence post confinement

    101247232_2892065017495275_6107615860539523072_o.png

    En cette journée nationale des aidant·e·s, avec le Collectif interassociatif des aidant·e·s familiaux (Ciaaf) dont nous sommes membres, nous tenons à rappeler les enjeux liés à la crise sanitaire pour les aidantes et les aidant·e·s.

    En effet, celle-ci, et plus particulièrement la période de confinement, a entrainé la fermeture ou la réduction d’activité de nombreux accueils de jour et services d’aide à domicile. Ce sont alors massivement les aidant·e·s familiaux qui ont fourni l’aide nécessaire à leur proche, qui ont assuré la surveillance, la continuité des soins ainsi qu’une qualité de vie décente. 

    C’est ce que souligne l’enquête* menée par le Ciaaf, en collaboration avec l’Institut de recherches économiques et sociales (Ires), réalisée entre le 24 avril et le 25 mai, et à laquelle 1 032 aidant·e·s ont répondu.

    Aidant·e·s et crise sanitaire : 3 constats alarmants 

    1. Le confinement a fortement accru l’isolement des aidant·e·s: 52 % des aidant·e·s  se sont retrouvés seuls à accompagner leur proche pendant le confinement contre 33 % avant le confinement.
    2. Cet isolement a été imposé aux aidant·e·s: c’est le cas pour 79 % d’entre eux du fait notamment de la fermeture d’établissements ou encore du fait que des intervenants n’ont pas souhaité venir au domicile de la personne en perte d’autonomie ou en situation de handicap. 
    3. Les aidant·e·s ont fait face à une intensification de l’aide apportée à leur proche: augmentation de la surveillance et de la stimulation par des activités pour près de 80 % d’entre eux, du soutien moral (70 %), mais aussi des soins de rééducation et des actes intimes pour plus de 50 %, qui peuvent être psychologiquement difficiles pour l’aidant·e comme pour la personne aidée.  

     

    Certaines populations ont été encore plus touchées par le confinement, que ce soit du fait d’un accompagnement complexe ou d’un changement de situation : les aidant·e·s  qui se sont retrouvés à vivre à temps plein avec leur proche pendant le confinement alors que ce n’était pas le cas auparavant (33,5 % des répondants), les aidant·e·s  qui se sont retrouvés seuls à aider leur proche pendant le confinement que ce soit nouveau ou non (51,7 %) et les aidant·e·s  de personnes polyhandicapées (14,6 %). 

    C’est pourquoi, avec le Ciaaf nous demandons :

    • La mise en place immédiate d’un chèque répit, d’un montant de 1 000 € et d’une validité d’un an
    • Une augmentation à court terme : des services adaptés et de l’accompagnement professionnel à domicile ; des solutions de répit avec hébergement (séjours de vacances adaptées, accueil temporaire avec hébergement…)

     

  • Un plaidoyer pour les aidants

    content.jpg

    Bonjour à tous,

    A l’occasion de la Journée nationale des aidants, APF France handicap avait publié, en 2019 son plaidoyer : "Aidantes, aidants familiaux : pour le libre choix d’aider et la reconnaissance de leur rôle".

    Pour plus d’informations cliquez sur le lien ci-dessous.

    Un plaidoyer pour les aidants

  • Ce qui change ce 1er octobre : les proches aidants peuvent désormais être indemnisés

    formation-aidants_0.jpg

    Les aidants qui soutiennent un proche âgé, malade ou en situation de handicap, peuvent, depuis le 1er octobre, demander à bénéficier, d’un congé de trois mois indemnisé.

    Le principe d'un congé indemnisé se limite cependant à une durée maximale de trois mois, mais qui pourra être renouvelé jusqu’à un an sur l’ensemble de la carrière du salarié. Le dispositif avait été approuvé par l’Assemblée nationale en octobre 2019. Bien que largement insuffisant, c’est une première étape.

    L’indemnité, versée par les caisses d’allocations familiales ou de la Mutualité sociale agricole, sera d’environ 44 € par jour pour les personnes vivant en couple et de 52 € par jour pour une personne seule.