• Transports : Le coût global ne peut pas être un obstacle à la mise en accessibilité pour le Conseil d’Etat!

    logo-handicaps.jpgLe Conseil d'Etat vient d’estimer dans une décision rendue le 22 juin qu'une collectivité territoriale ne pouvait se prévaloir d’un coût global élevé pour ne pas mettre en accessibilité les réseaux de transports publics.

    En effet, pour le Conseil d’Etat, une collectivité doit justifier au cas par cas « pour les différents points d'arrêts, d'obstacles techniques impossibles à surmonter, sauf à procéder à des aménagements d'un coût manifestement disproportionné ».

    L’APF qui a accompagné le recours en Conseil d’Etat du plaignant, M. Olivier Bouret, se félicite de cette décision qui va dans le sens de la liberté fondamentale des personnes d’aller et de venir !

    L’APF se félicite en outre qu’une telle plainte d’un usager des transports ait été reconnue recevable !

    Pour lire la suite de cet article, cliquez ICI

  • Appel à candidature du groupe emploi

    285021_318854927_boulot_H105336_L.jpgLe groupe emploi de la délégation du Pays Basque, dont les objectifs sont à la fois de sensibiliser les entreprises à l'insertion des personnes handicapées et d'inciter les personnes à prendre ou reprendre le chemin vers un emploi, à besoin de vous pour participer à ces actions.

    Alors, si cette thématique est proche de vos préocupations ou de vos goûts, contacter Alexandre Ribeiro, le référent du groupe sur ribeirooscaralex@gmail.com

    Merci!

  • Pierre Cassoulat, classé 1er au niveau mondial!! Et pour autant, toujours pas séléctionné pour les JO!

    Pierre.jpgQu'attend la fédération nationale de cyclisme  pour séléctionner Pierre pour les JO de Londres???

    L'histoire incroyable de Pierre continue. Comme vous avez pu le lire dans les articles le concernant, l’ascension fulgurante de ce sportif qui porte les couleurs de l’APF et que nous avons soutenu pour son entrainement, l’a mené jusqu’au plus haut niveau du para cyclisme dans sa catégorie.

    C’est en effet à la suite des différentes épreuves de la coupe du monde (A Ségovie, en Espagne, weekend dernier, à Rome il y a trois semaines et à Anglet dans le cadre du « Paracycling Tour »)  que l’Union Cycliste International l’a sacrée 1er au classement mondial dans sa catégorie !

    Malgré cela, la fédération française n’a toujours pas confirmé sa participation au JO de Londres. Comment ne pas rester perplexe quant à la motivation de la fédération devant une telle position…

    A son niveau, il ne fait quasiment aucun doute que s’il était valide, il serait sélectionné, ce qui nous pose sérieusement question quant à la volonté de la fédération de considérer les sportifs handicapés de la même manière que les personnes valides.

    Pierre Cassoulat participera le 4 juillet au Championnat de France et montera sans aucun doute sur le podium.

    Espérons qu’enfin, la détermination incroyable et ses efforts considérables lui permettent d’obtenir   le ticket olympique qu’il mérite d’ores et déjà.

    Toute la délégation du Pays Basque est avec lui, le soutien et est déjà extrèmement fière d’avoir dans ses rangs un si grand champion !



  • Les jeunes basques accueillent les jeunes girondains

    DSC003431.jpgLe groupe de la Gironde est arrivé à midi,nous les avons accueillis sous une chaleur accablante.Des lors,ils nous ont offert un cadeau qui comprenait deux bouteilles de vin et des terrines d'esturgeon.Nous nous sommes donc installés autours de la table pour y prendre l'apéro et manger tout cela dans une ambiance très conviviale ou nous avons pu échanger nos idées, et nos pourcours.

    Nous nous séparés vers 16h,ils nous ont remerciés tout en espérant nous revoir au plus vite.

    Les membres du groupe "inlcus jeunes" du Pays Basque

  • Des nouvelles du Collectif inter-associatif

    logo-handicaps.jpgLe collectif inter-associatif comprenant l'AVH, la Maison des sourd, l'Association Allégria (handicap mental), Handiplage et l'APF Béarn et Payss Basque s'est réuni hier soir, comme régulièrement depuis plusieurs mois, afin de lancer un travail qui aboutira à la réalisation d'un baromètre départemental de l'accessibilité dans les Pyrénées Atlantiques.

    Sur le modèle du bamètre national APF/Express, les 22 communes de plus 5000 habitants du département seront destinataires dans les prochains mois d'un questionnaire destiné à réaliser un classement des villes les plus accessibles.

    A suivre....

  • Assemblée départementale de la délégation du Pays Basque

    assemblee3_300x225__lllwll.jpgLa délégation tiendra son assemblée départementale le samedi 23 juin au Lycée Villa Pia à Bayonne.

    Au programme:

    09H00 : Accueil des participants (autour de boissons chaudes et viennoiseries)

    10h00 : Début de l’assemblée, discours d’ouverture du représentant départemental et de son adjoint (Christophe Munech et Marcel  Estrade)

    10h10 : Bilan de l’activité du Conseil départemental sortant et présentation des nouveaux élus

    10h30 : Bilan de l’activité de la délégation et projets (directeur)

    11h00 : Interventions des invités

    Isabelle Da Costa (Administratrice de l’APF)

    Xavier Inchauspé (Directeur du Lycée Saint-Louis Villa Pia)

    Les élus municipaux et départementaux présents)

    11h30 : Tables rondes autour du thème de « l’inclusion »

    12h30 : Apéritif (avec des surprises …)

    13h00 : Repas

    14h30 : Clôture de l’Assemblée.

    15h00 : Thé dansant 

  • Un grand merci!

    grande-braderie.jpgA tous les bénévoles qui se sont investi, comme à leur habitude tout au long de cette journée et pour sa préparation et au public de nous avoir rendu visite.

    Merci également à Michel qui s'est vraiment impliqué afin d'encadrer cette opération ressources.

  • Transfert de la déclaration annuelle obligatoire d'emploi des travailleurs handicapés (DOETH) vers l'AGEFIPH : des associations et des organisations syndicales disent NON!

    OETH200px.jpgDans un courrier adressé au Ministre du travail, de l’emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social, Michel Sapin, six grandes associations représentatives des personnes handicapées et de leurs familles (l’APAJH, l’APF, le CFPSAA, la FNATH, l’UNAPEI et l’UNISDA) et six organisations syndicales (CFDT, CFE CGC, CGT, FO, FSU, UNSA) demandent l’abrogation de la partie de la Loi de Finances 2011 qui autorise le transfert de la déclaration annuelle obligatoire d’emploi des travailleurs handicapés (DOETH) vers l’AGEFIPH, la non publication du décret présenté récemment au CNCPH et, par voie de conséquence, le maintien de la mission de gestion et de contrôle de la DOETH aux DIRECCTE.

    L’ensemble de ces organisations soulignent les conséquences financières d’un tel transfert au détriment des réponses apportées à l’emploi des personnes en situation de handicap et l’impact de la dévolution de missions puissances publiques sur la gouvernance de l’AGEFIPH. Les organisations ne peuvent accepter ce transfert de compétences et de charges opéré par l’Etat, de surcroît sans compensation financière, qui fait suite à de nombreux autres engagés au cours des 4 dernières années. Dans un contexte de forte progression du chômage des travailleurs handicapés, qui touche désormais près de 300.000 personnes pour un taux de chômage s’élevant à 22%, ces nouvelles charges pesant sur l’AGEFIPH vont entraîner une diminution des moyens consacrés à l’insertion et au maintien dans l’emploi des personnes handicapées.

  • Pour un pilotage de l’accessibilité par le ministère de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie

    Alors que les élections législatives viennent d’avoir lieu, et dans la perspective d’un remaniement ministériel, l’APF demande au Premier ministre de revoir les attributions du Ministère de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie.

    En effet, si l’association note avec intérêt l’existence d’un ministère délégué aux Personnes handicapées, ce dernier ne peut, pour l’APF, être le pilote du dossier de l’accessibilité car cela reviendrait à ne considérer ce domaine que sous l’approche « sociale ».

    accessibilité personnages.jpgOr l’accessibilité est un enjeu de développement durable tant par son but d’un cadre de vie (cadre bâti, voierie, transports, espaces publics…) conçu pour tous que par la diversité des populations concernées (personnes âgées, parents avec poussettes, femmes enceintes, blessés temporaires…).

    L’APF souhaite donc vivement que l’accessibilité fasse partie des attributions du ministère de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie, tout en étant partagée avec le ministère délégué aux Personnes handicapées mais aussi notamment avec le ministère de l’Egalité des territoires et du logement.

    Pour lire le courrier, cliquez ici

  • Pour faire évoluer le blog Faire Face, nous avons vraiment besoin de votre avis : répondez à notre questionnaire en ligne !

    1811185950.jpgPour mieux connaître les lecteurs et lectrices de plus en plus nombreux de ce blog, nous avons lancé, le 6 juin dernier, une étude de lectorat en ligne. Elle s’adresse aux personnes en situation de handicap et à leurs proches ainsi qu’aux professionnels de santé, au travers de deux questionnaires distincts que vous trouverez ci-dessous ou colonne de droite du blog.

     particuliers.pngpro.png

    A ce jour, vous êtes une petite centaine à nous avoir répondu : un grand merci à vous de nous avoir consacré de votre temps ! Mais ce chiffre demeure insuffisant pour une étude de lectorat digne de ce nom. Ce blog c’est le vôtre et toute la rédaction a besoin de VOTRE AVIS pour continuer à le faire évoluer et à répondre au mieux à vos attentes.C'est le week-end, alors prenez un peu de temps, s’il vous plaît, pour nous répondre !

    D’avance merci ! Un compte-rendu de cette étude de lectorat sera disponible en ligne à la rentrée.

    Valérie Di Chiappari, Rédactrice en chef de Faire Face

  • Souvenirs de Bretagne...

     DSC00324.JPG Chaleur, soleil et ciel bleu, quelle semaine  avons-nous eu !
    Comment se peut-il que l’an dernier la pluie soit tombée en continu à Barcelone et que le soleil soit présent en Bretagne…rien ne va plus!!
    Bien entendu il nous est arrivé, une fois, de sortir nos imperméables, mais la Bretagne sans pluie c’est comme les Pyrénées sans montagne, c’est impossible.

    Mardi - Île de Groix

    Le beau temps nous a permis, dès mardi matin de partir a l’assaut de cette charmante île face à la ville de Lorient. On pourrait même l’appeler l’île aux mille fleurs, mais elle nous a réservé de belles surprises. D’abord il a fallu atteindre le village… tout en haut…au sommet de l’île. On a, en moins de 10 minutes, éliminé l’abondant petit- déjeuner du Belambra. De plus, pour nous souhaiter la bienvenue,  le soleil a été très présent et très chaleureux. Nos bras et visages s’en souviennent encore. Mais ni la côte, ni le soleil nous on empêché, telle une armée de pirates débarquant de terres lointaines, de nous éparpiller en petits  groupes et d’explorer cette  jolie île de Groie.
    Le soir, à notre retour, nous sommes allés chauffer les planches de la piste de danse par nos danses endiablées, lors de la soirée discothèque organisée par les animateurs du Belambra. Heureusement que le bar a fermé ses portes, car personne n’aurait pu arrêter Edouard de danser !

    Mercredi : Lorient

    Nous sommes partis en premier lieu à la rencontre de la Cité de la voile d’Eric Tabarly, pardon, de MONSIEUR ERIC TABARLY, l’Homme pour qui la terre était trop petite, l’Homme qui avait pour maison l’océan  et pour compagnons dauphins, albatros et autres baleines. Quand il décidait de poser ses pieds sur la terre c’était pour inventer, dessiner et construire son prochain bâteau. Quel Homme et quel musée !
    Ensuite balade, emplettes et terrasses de cafés dans le centre de Lorient, haut lieu de la piraterie française.  Son seul malheur fut d’avoir été investie par les Allemands  pour la construction de sous-marins, ce qui en a fait une cible des bombardements alliés. Aujourd’hui il ne reste que peu de vestiges de l’ancien Lorient mais l’esprit Breton est bien présent et le cidre y coule toujours à flots.

    Jeudi - Repos

    Après avoir, à maintes reprises, fait travailler notre super chauffeur, on lui a gracieusement concédé une journée de repos,  ce qui a permis à chacun de profiter, des matchs de Roland Garros, d’aller voir l’océan, se reposer ou aller se balader. Cela nous a aussi permis de faire une superbe partie de mini-golf. Je préfère ne pas trop m’étendre là-dessus, car malgré toute ma volonté je me suis fait battre à plate couture sur tout le parcours. Mention spéciale pour Johanna, qui a réalisé le trou n° 7 en  un seul et unique coup. Chapeau bas. Je la soupçonne tout de même de s’être entrainée toute la nuit.
    Qui parle de repos, soleil et sport de haut niveau fini par parler d’apéritif convivial à l’ombre des grands pins. Nous nous sommes donc ouvert l’appétit avec des amuses- gueules, du cidre et du porto.
    Quelle journée sportive ! Elle s’est poursuivie  à la piscine, à se laisser flotter pour les uns, nager pour les autres et barboter pour la plupart. On a tout simplement profité d’un superbe moment de quiétude.
    Le repas du soir nous a remis d’attaque pour une belle soirée karaoké. Attention les oreilles ? Non non non, on a tous chanté et dansé bien mieux que les originaux, sauf peut être quand j’ai moi-même pris le micro. Si le directeur de la rédaction me le permets,  je vous donnerai le numéro de Jean-Paul qui pourra à tout moment animer vos soirées entre amis, mariages et autres fêtes de famille, car une fois qu’il a pris le micro il ne s’est jamais arrêté de chanter. Avec  la voix cassée, des crampes aux bras du mini golf et des courbatures par la piscine nous avons tous mérité une belle nuit de sommeil.

    Vendredi – Vannes

    Pendant ce voyage j’ai expérimenté un réveil naturel et économique. Prenez un banc et mettez le devant votre porte. Prenez des charmantes voisines qui adorent papoter et papoter. Le fonctionnement était très simple : si je me réveillais et que je n’entendais rien c’est que je pouvais me rendormir.  Si j’entendais papoter re-papoter et re-re-papoter en continue, c’est qu’il était bientôt 7h du matin, heure de se lever.  Avoir autant de choses à se raconter au réveil, alors qu’elles se sont juste séparées pour dormir… cela doit  cacher une vie secrète que je n’ai pas réussi à découvrir ! Donc, 7h30, après 1h 30 de discours enflammés  devant ma chambre,  je suis prêt à attaquer une journée de visite à Vannes : ses ruelles pavées, ses belles et anciennes maisons à colombages, sa forteresse… Tout l’héritage d’une puissante ville maritime dont ses seigneurs ont rayonné sur toute la région. Xavier ayant dû  nous quitter plus tôt que prévu, c’est notre bon vieux chauffeur qui s’est retrouvé en excursion avec Mr Bruno et Mr Edouard. Bien mal lui en a pris, ils l’ont fait tourner en bourrique et en  voir de toutes les couleurs. Mais toujours avec plein d’humour et beaucoup de gentillesse. Un beau pic-nic dans les parcs de la ville nous a permis de nous reposer, de digérer et de profiter de l’ombre en attendant la visite en petit train. Dommage, pour ceux installés  à l’avant, qu’il n’ait pas été électrique. Mais la balade commentée à travers les rues, les bâtiments et maisons historiques a  été très intéressante. Après cette visite beaucoup d’entre nous sont allés sur les terrasses de cafés du port, la plupart pour se rafraichir, mais pas pour la gourmande Mirentxu  qui en a profité pour goûter des crêpes bretonnes.  Si vous organisez un voyage gastronomique breton demandez-lui conseil, elle a personnellement goûté à presque toutes les crêperies du Morbihan. C’est l’expert en crêpes du groupe !

    Samedi –  galettes

    Dernière journée dans notre beau village de vacances du Bellambra. Le ciel s’est attristé de nous voir préparer nos valises, il a versé quelques larmes sur nos imperméables et autres parapluies.  Je tiens à féliciter Marie-Jo et Denise qui ont sut nous montrer qu’un poncho peut être classe et élégant. Pratique et esthétique ? Les deux mon capitaine !
    Merci mesdames.
    A peine partis pour d’Hennebont les nuages se sont dissipés et le ciel bleu a accompagné notre dernière visite, une petite ville bercée par un petit cours d’eau et dont la belle et imposante cathédrale nous a sonné l’heure du repas de fête. Le rendez-vous que tous attendaient, la rencontre entre la gastronomie bretonne et les papilles basco-béarno-landaises. Les fameuses galettes bretonnes accompagnées de cidre coulant à flot étaient enfin à notre portée. Je vous passerai la description de tout le menu, mais la crêpe pommes rissolées au beurre salé, enrobée de caramel à permis de mettre un point final plein de saveurs gourmandes à notre superbe séjour chez nos amis les Bretons.

    Nous nous quittons tous, après une belle semaine de vacances, un long voyage et des souvenirs plein les yeux et les valises. Merci à tous ceux et celles qui on imaginé et organisé ce voyage. Ils ont fait un gros travail pour que nous n’en ayons aucun à faire.  Bravo ! Quelle joie et quelle  bonne humeur dans le cœur de chacun, c’était très beau à voir et c’est aussi  se qui nous donne tous envie de se retrouver et de repartir.

    Pour voir toutes les photos, cliquez ICI

    On attend avec impatience les prochaines destinations qui nous serons proposées.

                                                                                                  ARIEL

  • EN DIRECT APF DU MOIS DE MAI

    2158089604.jpgVoici le numéro de mai de la lettre interne d'information de l'APF.

    Au sommaire : après-présidentielle, campagne "A l'aide... à domicile !", groupes jeunes, C-RNT, @cteurs+...

    Bonne lecture !

  • Aide à domicile : l’APF manifeste et lance un SOS pour trois de ses services franciliens


    handicap,compensation,services d'aide à domicile,auxiliaires de vie,apf,manifestation,marie-arlette carlottiTrois services d’aide à domicile franciliens de l’Association des Paralysés de France risquent de mettre la clé sous la porte. En cause ? Leur coût de revient, supérieur au montant horaire de la prestation de compensation du handicap, et des conseils généraux qui ne financent pas l’aide à hauteur des besoins des personnes en situation de handicap. Ce 5 juin, quelque 150 usagers, salariés, adhérents, élus et bénévoles de l’association sont venus manifester devant le ministère des Affaires sociales et de la santé.

    Faudra-t-il bientôt que les usagers des services d'auxiliaires de vie APF (SAV) de Nanterre (92) et Pantin (93) choisissent entre manger et se laver ? Que ceux du Service d’aide et d’accompagnement à domicile (SAAD) de Choisy-le-Roi (94) privilégient leurs besoins liés aux gestes de la vie quotidienne à ceux concernant leur vie sociale ? Ce choix cornélien, ce sont les Conseils généraux des Hauts-de-Seine, de Seine-Saint-Denis et du Val-de-Marne qui pourraient bien le leur imposer, puisqu'ils ne financent pas l'aide à domicile requise par ces personnes en situation de handicap à hauteur de leurs besoins. Mettant ainsi en péril l'existence de ces trois services gérés par l'Association des Paralysés de France (APF) et, avec elle, l'emploi de 95 salariés, et le choix de vie des 106 usagers qu'ils accompagnent.

    Et c'est bien ce qu'usagers, salariés, élus, adhérents et bénévoles de l'association sont venus dénoncer cet après-midi, devant le ministère des Affaires sociales et de la santé, à Paris. Quelque 150 personnes qui ont manifesté au pied du bureau de la toute nouvelle ministre déléguée aux personnes handicapées, Marie-Arlette Carlotti. Leur slogan ? "À l’aide… à domicile ! Pour un financement à la hauteur des besoins".

     Asphyxie financière et droit à compensation bafoué

    Le montant de la prestation de compensation du handicap, 17,59 € de l’heure en cas de recours à un service prestataire comme ceux de l’APF, ne couvre pas, en effet, le coût horaire réel tarifié par les conseils généraux à hauteur de 25 à 28 € de l’heure, pour un coût réel de 25 à 31 € de l’heure. L’APF, n’acceptant pas de faire payer la différence aux usagers, prend donc en charge, au minimum, 8 € par heure effectuée. Une situation qui met ces services d'aide à domicile dans une situation financière très délicate, voire intenable. Et, au-delà de l'aspect financier, une situation qui bafoue le droit à compensation des personnes en situation de handicap tel que posé par la loi de 2005, celui de choisir librement leur mode de vie (domicile ou établissement) et constitue un nouvel exemple du non-respect du principe d'égalité de traitement sur tout le territoire.


    handicap,compensation,services d'aide à domicile,auxiliaires de vie,apf,manifestation,marie-arlette carlottiSOS sous forme de bouteilles à la mer

    Pour lancer leur SOS, les manifestants ont symboliquement jeté des bouteilles à la mer en les accrochant les unes à côté des autres sur un mur grillagé. Leurs messages ? « Je viens manifester pour mon fils, pour son avenir, pour qu'il puisse rester autonome et vivre à domicile s'il en a envie », « Sans aide à domicile, je perds toute l'indépendance qui fait de moi une personne à part entière »… « Le risque de fermeture qui pèse sur nos trois services d’aide humaine nous consterne. Des services qui garantissent une qualité d’accompagnement, une amplitude d’intervention et une continuité de l’aide indispensable pour sécuriser la vie à domicile », a souligné Jean-Marie Coll, vice-président de l’association, appuyé par le représentant APF de la région Île-de-France, Jacky Decobert.

    Sollicités à plusieurs reprises, les conseils généraux concernés continuent de faire la sourde oreille. Et même si l’Agence régionale de santé d’Île-de-France a accepté d’octroyer des subventions aux services de Nanterre et de Choisy, dans le cadre du fonds de restructuration pour des services d’aide à domicile autorisés et agréés, l’APF recherche des solutions de financement pérennes.

    En fin d’après-midi, une délégation de représentants de l’association a été reçue par Aurore Lambert, conseillère de Marie-Arlette Carlotti, affirmant que cette dernière « était à l’écoute » mais reprochant une manifestation considérée comme un passage en force. Cela fait pourtant plus de deux ans que l’APF et d’autres associations alertent les pouvoirs publics sur la situation intenable d’un secteur en proie à l’asphyxie financière. Sans avoir été entendues jusqu’à présent.  

    Valérie Di Chiappari - Source: BLog Faire Face

  • Des rats rendus paraplégiques remarchent après traitement : une découverte porteuse d’espoir pour l’homme

    C’est la bonne nouvelle de ce premier jour de juin. Après quinze ans d’expérimentation chez l’animal, des chercheurs de l’Université de Zurich ont obtenu des résultats prometteurs pour soigner les lésions de la moelle épinière. Le détail de ces travaux vient juste d’être divulgué publiquement, à travers la publication d’un article sorti dans le numéro de juin de la prestigieuse revue américaine Science.

    Le principe de tests menés par les scientifiques suisses a consisté à essayer de réactiver les fonctions de la marche chez des rats préalablement rendus paralysés à la suite d’une lésion de leur moelle épinière. Pour y parvenir, les chercheurs ont essayé d’enclencher un travail de guérison à l'aide de stimuli électriques et chimiques.

    Tests chez l’homme dans un ou deux ans

    Comme le détaille le Dr Grégoire Courtine(1)sur France Info ce matin, principal auteur de l’étude, « après deux semaines de neuroréhabilitation avec une combinaison de stimulation électro-chimique et l'utilisation d'un harnais robotisé, nos rats dans cette expérience, non seulement se montraient prêts à marcher, mais ils se sont aussi très rapidement mis à courir, à monter les marches d'un escalier et à éviter les obstacles ». Un schéma explicatif de l’expérience est à télécharger ici.

    Une vidéo, en anglais seulement pour l’instant, illustre aussi ce travail.

    Quel espoir une telle avancée soulève-t-elle pour le patient blessé médullaire ? À ce sujet, les chercheurs restent prudents. Ils soulignent ne pas être certains que « 

    des techniques similaires de réhabilitation puissent être utilisées avec succès chez l'humain ». Mais l’observation que des fibres nerveuses lésées pouvaient se régénérer chez le rat suggère tout de même que de nouvelles méthodes pourraient être développées pour améliorer la récupération des personnes paralysées. Les premiers essais sur l'homme devraient commencer en 2013 ou 2014. O. Clot-Faybesse

    (1) Président de la Fondation paraplégique internationale (IRP) et patron du département du traitement des blessures de la moelle épinière à l'Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne.