• Abandon de 3334 parcours de formation destinés aux demandeurs d’emploi en situation de handicap


    L’APF, l’APAJH, l’UNAPEI et la FNATH joignent leur voix pour dénoncer
    l’abandon de 3334 parcours de formation destinés aux demandeurs d’emploi en
    situation de handicap, en raison d’un blocage des moyens de fonctionnement
    du Fonds pour l’insertion des personnes handicapées dans la fonction
    publique (FIPHFP) par les tutelles.

    L’UNAPEDA s’associe aux protestations des 4 associations et demande
    également aux tutelles d’accorder les crédits suffisants au FIPHFP afin que
    ce dernier puisse assurer ses missions.

    Question de M. le sénateur Jacques Mézard Cliquer sur le lien:

    Financement du Fonds d’insertion des personnes handicapées dans la fonction
    publique <http://www.unapeda.asso.fr/article.php3?id_article=1831>

    Question à l’Assemblée Nationale du député Jean-Jacques Candelier Cliquer
    sur le lien :
    Blocage des moyens de fonctionnement du FIPHFP
    <http://www.unapeda.asso.fr/article.php3?id_article=1821>

    Lire le communiqué de l’APF, l’APAJH, l’UNAPEI et la FNATH (26 juillet 2012)
    Cliquer sur le lien :
    Abandon de 3334 parcours de formation destinés aux demandeurs d’emploi en
    situation de handicap en raison d’un blocage des moyens de fonctionnement du
    FIPHFP <http://www.unapeda.asso.fr/article.php3?id_article=1816>

  • Place handicapés : mieux vaut avoir la bonne carte

     

    places réservées,handicap,personnes handicapées,macaron,macaron européenMalgré son authentique macaron à "durée de validité illimitée", Martine Merrant a écopé d’une amende de 135 € pour stationnement gênant… sur une place handicapés. Il lui a fallu six mois pour parvenir à faire invalider le PV auprès de la justice.

    En fauteuil depuis vingt ans à la suite d’une rupture d’anévrisme, Martine Merrant possède un macaron à titre permanent pour se garer sur les places réservées aux personnes handicapées. Le 4 février dernier pourtant, sur le parking du Leclerc de Vernon (Eure), elle et son mari, Ralph, découvrent une contredanse de 135 € sur leur pare-brise. Motif invoqué sur le PV : "carte non conforme". Leur sang ne fait qu’un tour et ils se rendent derechef à la police municipale de la commune. « C’est là qu’on nous a dit qu’il y avait de nouvelles cartes, que la nôtre n’était plus valable malgré sa mention "durée de validité illimitée". Personne ne nous avait prévenu ! », peste toujours Ralph.

     

    De fait, un décret du 30 décembre 2005 stipule que les automobilistes en possession d’un macaron "grand invalide civil" ou "grand invalide de guerre" à titre permanent doivent demander leur remplacement par une carte européenne de stationnement et ce, dans les cinq ans. Les retardataires peuvent toujours effectuer les démarches nécessaires auprès de la Maison départementale des personnes handicapées. Ce que s’empressent de faire les Merrant : « À la MDPH, on a reconnu qu’effectivement, l’information n’était peut-être pas passée ! Mais on nous a assuré que, dès réception de la nouvelle carte, l’amende serait retirée. » 

     

    Las ! La police municipale ne veut rien entendre, pas plus que la police nationale, et le maire de Vernon ne répond pas à la demande d’intervention que lui adresse le couple. Sûrs de ne « rien avoir à se reprocher », Ralph et Martine obtiendront finalement gain de cause auprès de la justice de proximité : le 31 juillet, le juge d’Évreux a invalidé l’amende en reconnaissant leur bonne foi. Et de souligner que la police municipale aurait pu « se montrer plus indulgente ». C’est le moins qu’on puisse dire…

  • CP : RAPPORT SUR L’ACCESSIBILITE ET ECHEANCE DE 2015 : L’accessibilité n’est ni divisible, ni négociable !

    acceder7exister.jpegSuite à la parution du rapport sur les modalités d’application des règles d’accessibilité du cadre bâti pour les personnes handicapées, annonçant que l’objectif de 2015 ne serait pas tenu, l’Association des paralysés de France (APF) tient à rappeler que le principe d’accessibilité n’est ni divisible, ni négociable !

    En effet, le rapport propose de maintenir l’échéance du 1er janvier 2015 mais de modifier le contenu de la loi en définissant des objectifs d’accessibilité intermédiaires. Choisir, parfois à l’intérieur même des lieux, ce qui doit être accessible ou pas, consiste à demander aux personnes en situation de handicap de choisir à quelle part de leur citoyenneté elles auront accès ! L’APF refuse ces choix qui n’en sont pas et déplore le retour en arrière décrit dans ce rapport !

    L’accessibilité est une obligation nationale depuis 1975, et près de 40 ans après, le constat est toujours le même : ce sont une fois encore les 10 millions de personnes en situation de handicap et leur famille qui sont victimes de l’immobilisme des acteurs politiques !

     

  • Merci à "Trace Sports"

    205329-Trace-1.jpgRemercions la société s'appelle "TRACE-SPORT" sans qui l'opération mené vendredi dernier n'aurait pas pu se faire, en effet, le nuit précédent le tournage, le PDG de la Société Jean-Michel Larrroque et son assistant  ont tracé le Logo Olympien. Afin de corriger pour la caméra TV. la déformation de la perspective, ils ont projeté l'image au sol, du haut d'une nacelle de 15 mètres puis passé sur les anneaux tracés les cinq teintures différentes aux couleurs olympiennes. La teinture aux  pigments naturels disparait en quelques jours.

    Saluons leur réaction immédiate et leur intervention efficace. 

    Contact: Jean-Pierre Leblanc

    06.14.11.00.83

    jeanpierre@trace-sports.fr

  • Coup de gueule contre un olympisme qui exclut

    Jeunes et moins jeunes, sportifs ou non, à vélo ou en fauteuil roulant, ils ont redonné des couleurs à l'olympisme.

    (photo bertrand Lapègue)

     

    Coup de gueule,vendredi 6 septembre après-midi, sur le terrain de rugby du stade de Girouette. Des handicapés et des valides, des athlètes et des non-sportifs, à vélo, sur deux jambes ou en fauteuil roulant ont symboliquement brisé les barrières qui séparent l'olympisme en deux. D'un côté, les Jeux olympiques ; de l'autre, un mois plus tard, les Jeux paralympiques.

    Après une semaine de compétition à Londres, Patrice Rouleau n'en peut plus. Tant d'efforts et d'émotions en différé, très tard le soir, sur des chaînes peu connues… Incompréhensible. Inacceptable. « L'idée olympique du baron de Coubertin est bafouée », souligne celui qui est tétraplégique depuis quarante-cinq ans.

    Impossible pour Patrice Rouleau de rester assis dans son fauteuil roulant sans rien faire, sans rien dire. Pas de temps à perdre. Il faut vite marquer le coup, avant la fin des Jeux paralympiques de Londres, demain dimanche.

    Le dessinateur - père notamment du chien de berger Kaïkou qui se balade de temps en temps dans les pages de « Sud Ouest » - imagine un scénario. Cinq anneaux olympiques fièrement déployés sur la pelouse d'un stade mais rendus inaccessibles pour les sportifs handicapés par des barrières de chantier. Mais à force de tourner autour, les sportifs handicapés parviennent à « briser les chaînes de l'exclusion ».

    Même le logo exclut…

    En deux jours, Patrice Rouleau mobilise réseau, associations, médias… Hier, en une prise, le scénario s'est concrétisé sur la pelouse du stade Girouette. Emmené par Pierre Cassoulat, champion de France et leader de la coupe du monde de vélo adapté, handicapés et valides prennent possession des anneaux olympiques. Au pied levé, une dizaine d'apprentis de l'Université des métiers, en plein cours de sport, rejoignent le tournage et l'action symbolique.

    En cinq minutes, sous la houlette de Jean-Paul Béret, délégué départemental de l'Association des paralysés de France (APF), le film était dans la boîte. France 3 a même pu avoir une vue plongeante sur la scène grâce à un camion nacelle mobilisé par les services techniques de la Ville.

    Faire tomber les inquiétudes

    « Vous vous rendez compte que même le logo du paralympisme n'est pas le même que celui des JO des valides. Il exclut même deux des cinq couleurs olympiques », précise Patrice Rouleau, qui est aussi graphiste.

    « Les JO rassemblent les peuples mais excluent les personnes handicapées. Nous sommes des personnes comme tout le monde. On travaille, on consomme, on fait du sport. Alors pourquoi ne pas le vivre ensemble ? Alors même que les regards sur le handicap commencent à évoluer, les JO continuent à exclure », regrette Brigitte de l'association Handiplages.

    Son coup monté est une réussite. Patrice Rouleau a le sourire jusqu'aux oreilles. « Il s'agit avant tout de faire tomber les inquiétudes. Pour les JO de Rio, en 2016, c'est sûr, c'est râpé, concède, réaliste, le dessinateur. Mais peut-être que la France, souvent porteuse d'un discours idéaliste et universaliste, présentera, un jour, une candidature pour des Jeux olympiques communs ».

    Source: journal Sud Ouest

  • Grand repas de l'association "Solidarité Lettonie"

     

    Bonjour à tous !

    C'est avec le plus grand plaisir que nous vous convions à nous retrouver autour d'un bon repas.

     

    Un rassemblement gourmand et chaleureux grâce à votre présence.

    Pour rajouter de la gaité, un  accompagnement musical nous permettra de chanter et danser ! 

    Nous vous souhaitons nombreux car le bénéfice de cette journée ira alimenter le budget pour l'accueil de nos petits Lettons l'année prochaine.

    Pour faciliter l'organisation, merci de vous inscrire très vite en joignant votre règlement à l'adresse ci-dessous.

    sl1 (1).jpgAmicalement.

     

    Pour l'association "Solidarité Lettonie"

    Yvette

    Dom    :     0559298386

    Port     :     0685700319

    Mail    :     lolalou@wanadoo.fr

     

  • Le premier Service d'Accompagnement à la Vie Sociale pour Déficients Visuels va ouvrir ses portes à Paris !

    homepage.jpgEn octobre prochain, l’Association Valentin Haüy s’apprête à ouvrir le 1er Service d’Accompagnement à la Vie Sociale pour les personnes Déficientes Visuelles en Île-de-France : le SAVS-DV PARIS.

    Qui peut bénéficier du SAVS-DV PARIS ?

    Ce service s’adresse aux personnes déficientes visuelles avec ou sans handicap(s) associé(s), âgées de 18 à 60 ans et domiciliées depuis plus de trois mois à Paris.

    Quelles sont les missions du SAVS-DV PARIS ?

    Accompagner gratuitement les bénéficiaires dans l’acquisition et le développement de leur autonomie au quotidien, dans leurs démarches administratives et les aider à se réinsérer socialement.

    Quelles sont les activités et les moyens proposés par le SAVS-DV PARIS ?

    Une équipe dédiée interviendra soit au domicile des personnes, soit dans des locaux situés rue Jacquier dans le 14e arrondissement de Paris. Elle sera composée de professionnels de la rééducation fonctionnelle et de l’accompagnement social et psychologique. Ce service sera animé par Sabine PENOT, la directrice, sous la supervision de Bernard SERRE, chargé de mission auprès du Secrétaire Général de l’AVH.

    Infos pratiques

    Adresse : 3 rue Jacquier dans le 14ème arrondissement de Paris

    Capacité d’accueil : 60 places

    Coût : Les prestations proposées par le service seront financées intégralement par l’aide sociale.

    Contacts

    Pour connaître les modalités d’admission, vous pouvez contacter Sabine PENOT ou Bernard SERRE :
    - par mail : savsdvparis@avh.asso.fr
    - par courrier : Association Valentin Haüy – SAVS-DV PARIS – 5, rue Duroc 75343 PARIS CEDEX 7

  • Pendant que les JO Paralympiques, Le Royaume-Uni fait des économies... sur le dos des personnes handicapées

    2174883942.jpgPendant que Londres, accueille les JO spécifiques aux personnes handicapées, le gouvernement britannique a le projet de supprimer l'actuel système d'aides aux personnes handicapées fait craindre le pire. Objectif de cette réforme : économiser 2,4 milliards d'euros sur un budget de 15 milliards.

    Le projet actuellement en discussion au Parlement du Royaume-Uni vise à remplacer l'allocation de subsistance des personnes handicapées (DLA), qui aide 3,2 millions de Britanniques (1) à couvrir leurs frais en matière de soins et de mobilité, par une aide personnelle à l'autonomie ("personal independence payment" - PIP). Les besoins de ceux qui percevront le PIP seront plus rigoureusement évalués, notamment pour réduire les aides faites à des personnes dont l'état de santé se serait amélioré à tel point qu'elles n'auraient plus besoin de ces aides. C'est en tout cas l'argument phare -et fort contesté- avancé ce mardi par la ministre en charge des questions du handicap outre-Manche, Maria Miller. Elle a ainsi assuré que 600 millions de livres (soit 720 millions d'euros) étaient versés chaque année de façon abusive, arguant ainsi de la nécessité de réévaluer les besoins et donc... l'ensemble du système.
    En réalité, ce chiffre est une estimation très large (à plus ou moins 200 millions près) issue d'un rapport de 2005. À l'époque, le gouvernement
    avait reconnu que ces sommes n'étaient pas recouvrables, étant entendu qu'il est difficile de savoir à quel moment un bénéficiaire peut totalement se passer d'aides.

     

    Réduire les aides aux plus fragiles : une tendance dans de nombreux pays européens
    Le Royaume-Uni tient néanmoins une comptabilité à jour de son système : en 2010, les aides trop perçues au titre du DLA représente 220 millions de livres et celles (injustement) non versées... 300 millions. « Cela signifie que, sous l'actuel système, le gouvernement fait en réalité 80 millions de bénéfices », souligne Polly Curtis dans The Guardian.
    Reste que ces 600 millions de livres ne représentent qu'une partie des économies que le gouvernement souhaite réaliser avec cette réforme. Son objectif à l'horizon 2015 : réduire de 20 % le budget "DLA". C'est-à-dire l'amputer 2 milliards de livres (2,4 milliards d'euros) sur un budget annuel de 12,6 milliards (15 milliards d'euros).
    Cette tendance à la coupe dans les budgets alloués aux plus fragiles ne touche pas que le Royaume-Uni. Dans la plupart des pays européens, comme Faire Face le soulignait dans son numéro du mois de janvier, les critères de reconnaissance du handicap sont actuellement réévalués. Objectif ? Réduire substantiellement le nombre de bénéficiaires d'aides. Ainsi, en Suède, 90 % du budget alloué à l'équivalent de la PCH française a été supprimé. 117 000 personnes, sur 130 000 bénéficiaires actuels, vont perdre cette aide d'ici 2014. Et en Espagne, 12 000 postes sont menacés par la réduction des aides à l'emploi des personnes déficientes intellectuellement.Aurélia Sevestre - Photo DR

    (1) Parmi ces bénéficiaires, plus d’un million le sont pour des problèmes d’arthrite, de dos et d’autres maladies musculaires et articulaires.

  • l'Autruche sur un fil de SOI...

    1.jpg BONJOUR A TOUS,

    Après des vacances bien méritées, L'AUTRUCHE SUR UN FIL DE SOI... voit comme vous, se profiler la rentrée.

    Elle vous souhaite une belle reprise et tient à vous remercier chaleureusement pour votre soutien.

    Grâce à vous et à l'énergie déployée ces derniers mois, L'AUTRUCHE a le plaisir de vous annoncer l'arrivée de sa toute première Joëlette.

    Nous vous laissons découvrir le faire-part qui figure en pièce jointe...

     

     A très bientôt,

    Marie-Andéole HALLE pour l'Autruche sur un fil de SOI...

    lautruchesurunfildesoi.jimdo.com

    16, impasse Bergeret, appt 2

    64 100 BAYONNE

    culturepolyhandicap@gmail.com

    06 80 27 73 57