UA-112843958-1

- Page 3

  • Le premier Service d'Accompagnement à la Vie Sociale pour Déficients Visuels va ouvrir ses portes à Paris !

    homepage.jpgEn octobre prochain, l’Association Valentin Haüy s’apprête à ouvrir le 1er Service d’Accompagnement à la Vie Sociale pour les personnes Déficientes Visuelles en Île-de-France : le SAVS-DV PARIS.

    Qui peut bénéficier du SAVS-DV PARIS ?

    Ce service s’adresse aux personnes déficientes visuelles avec ou sans handicap(s) associé(s), âgées de 18 à 60 ans et domiciliées depuis plus de trois mois à Paris.

    Quelles sont les missions du SAVS-DV PARIS ?

    Accompagner gratuitement les bénéficiaires dans l’acquisition et le développement de leur autonomie au quotidien, dans leurs démarches administratives et les aider à se réinsérer socialement.

    Quelles sont les activités et les moyens proposés par le SAVS-DV PARIS ?

    Une équipe dédiée interviendra soit au domicile des personnes, soit dans des locaux situés rue Jacquier dans le 14e arrondissement de Paris. Elle sera composée de professionnels de la rééducation fonctionnelle et de l’accompagnement social et psychologique. Ce service sera animé par Sabine PENOT, la directrice, sous la supervision de Bernard SERRE, chargé de mission auprès du Secrétaire Général de l’AVH.

    Infos pratiques

    Adresse : 3 rue Jacquier dans le 14ème arrondissement de Paris

    Capacité d’accueil : 60 places

    Coût : Les prestations proposées par le service seront financées intégralement par l’aide sociale.

    Contacts

    Pour connaître les modalités d’admission, vous pouvez contacter Sabine PENOT ou Bernard SERRE :
    - par mail : savsdvparis@avh.asso.fr
    - par courrier : Association Valentin Haüy – SAVS-DV PARIS – 5, rue Duroc 75343 PARIS CEDEX 7

  • Pendant que les JO Paralympiques, Le Royaume-Uni fait des économies... sur le dos des personnes handicapées

    2174883942.jpgPendant que Londres, accueille les JO spécifiques aux personnes handicapées, le gouvernement britannique a le projet de supprimer l'actuel système d'aides aux personnes handicapées fait craindre le pire. Objectif de cette réforme : économiser 2,4 milliards d'euros sur un budget de 15 milliards.

    Le projet actuellement en discussion au Parlement du Royaume-Uni vise à remplacer l'allocation de subsistance des personnes handicapées (DLA), qui aide 3,2 millions de Britanniques (1) à couvrir leurs frais en matière de soins et de mobilité, par une aide personnelle à l'autonomie ("personal independence payment" - PIP). Les besoins de ceux qui percevront le PIP seront plus rigoureusement évalués, notamment pour réduire les aides faites à des personnes dont l'état de santé se serait amélioré à tel point qu'elles n'auraient plus besoin de ces aides. C'est en tout cas l'argument phare -et fort contesté- avancé ce mardi par la ministre en charge des questions du handicap outre-Manche, Maria Miller. Elle a ainsi assuré que 600 millions de livres (soit 720 millions d'euros) étaient versés chaque année de façon abusive, arguant ainsi de la nécessité de réévaluer les besoins et donc... l'ensemble du système.
    En réalité, ce chiffre est une estimation très large (à plus ou moins 200 millions près) issue d'un rapport de 2005. À l'époque, le gouvernement
    avait reconnu que ces sommes n'étaient pas recouvrables, étant entendu qu'il est difficile de savoir à quel moment un bénéficiaire peut totalement se passer d'aides.

     

    Réduire les aides aux plus fragiles : une tendance dans de nombreux pays européens
    Le Royaume-Uni tient néanmoins une comptabilité à jour de son système : en 2010, les aides trop perçues au titre du DLA représente 220 millions de livres et celles (injustement) non versées... 300 millions. « Cela signifie que, sous l'actuel système, le gouvernement fait en réalité 80 millions de bénéfices », souligne Polly Curtis dans The Guardian.
    Reste que ces 600 millions de livres ne représentent qu'une partie des économies que le gouvernement souhaite réaliser avec cette réforme. Son objectif à l'horizon 2015 : réduire de 20 % le budget "DLA". C'est-à-dire l'amputer 2 milliards de livres (2,4 milliards d'euros) sur un budget annuel de 12,6 milliards (15 milliards d'euros).
    Cette tendance à la coupe dans les budgets alloués aux plus fragiles ne touche pas que le Royaume-Uni. Dans la plupart des pays européens, comme Faire Face le soulignait dans son numéro du mois de janvier, les critères de reconnaissance du handicap sont actuellement réévalués. Objectif ? Réduire substantiellement le nombre de bénéficiaires d'aides. Ainsi, en Suède, 90 % du budget alloué à l'équivalent de la PCH française a été supprimé. 117 000 personnes, sur 130 000 bénéficiaires actuels, vont perdre cette aide d'ici 2014. Et en Espagne, 12 000 postes sont menacés par la réduction des aides à l'emploi des personnes déficientes intellectuellement.Aurélia Sevestre - Photo DR

    (1) Parmi ces bénéficiaires, plus d’un million le sont pour des problèmes d’arthrite, de dos et d’autres maladies musculaires et articulaires.

  • l'Autruche sur un fil de SOI...

    1.jpg BONJOUR A TOUS,

    Après des vacances bien méritées, L'AUTRUCHE SUR UN FIL DE SOI... voit comme vous, se profiler la rentrée.

    Elle vous souhaite une belle reprise et tient à vous remercier chaleureusement pour votre soutien.

    Grâce à vous et à l'énergie déployée ces derniers mois, L'AUTRUCHE a le plaisir de vous annoncer l'arrivée de sa toute première Joëlette.

    Nous vous laissons découvrir le faire-part qui figure en pièce jointe...

     

     A très bientôt,

    Marie-Andéole HALLE pour l'Autruche sur un fil de SOI...

    lautruchesurunfildesoi.jimdo.com

    16, impasse Bergeret, appt 2

    64 100 BAYONNE

    culturepolyhandicap@gmail.com

    06 80 27 73 57